Cameroun : 2e édition des JADE

Le CICIBA au cœur de la célébration

Une délégation du Centre international des civilisations bantu (CICIBA) composée de Zachée Denis Bitjaa Kody, Directeur de la Recherche, Wilson Makaya Makaya, Directeur des Affaires administratives et financières et Christian Gaillard Obame, conseiller du Directeur Général, a participé, du 4 au 7 octobre 2017, à Bafoussam, au Cameroun,  à la deuxième édition des Journées africaines pour le développement émergent (JADE).

Une soixantaine d’experts venus de la République centrafricaine, de Congo-Brazzaville, de la République démocratique du Congo, du Gabon, du Bénin et du pays hôte, en plus des délégués de la Fondation Konrad Adenauer Stiftung, ont pris une part active, à cette célébration placée sous le thème « Emergence de l’Afrique et défis du changement climatique ».

Il s’est tenu également, en marge de ces travaux placés sous le patronage du ministre des Arts et Culture le Pr Narcisse Mouelle Kombi, et parrainés par le Gouverneur de la Région de l’Ouest, Augustine Awa Fonka,  un colloque sur les changements climatiques à l’Université de Montagne. Outre les autorités traditionnelles et coutumières du pays hôte, on notait également la présence des rois venus des autres pays du continent africain, comme le Bénin, les deux Congo et le Gabon.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

Lors de la cérémonie solennelle d’ouverture, Sa majesté Ndjitack Ngompe Pelé, roi des Bafoussam, s’est réjoui de l’initiative des JADE de remettre la culture à sa place dans un monde en pleine émergence. Cela du fait, hors d’une telle dynamique, L’Afrique  risque de ne pas totalement jouer le rôle qui lui est dévolu. Pour sa part, le Professeur Bitjaa Kody, Directeur de la Recherche du CICIBA, retraçant les migrations des peuples bantu depuis les baies de la Bénoué en passant par les Grassefields jusqu’en Afrique du Sud, a réaffirmé la volonté de son institution à valoriser la contribution ô combien importante des chefs coutumiers et rois, véritables dépositaires des secrets de nos rites et civilisations.

Clôturant la série des interventions de la journée inaugurale des travaux, Mme Fezeu a rendu un hommage appuyé au CICIBA pour la vision éclairée de son Directeur Général, le Pr Antoine Manda Tchebwa, qui n’a de cesse de s’investir pour la promotion et la préservation des valeurs authentiques des civilisations bantu.

previous arrow
next arrow
Slider

Les travaux du colloque se sont déroulés en séances plénières et en ateliers. Les plénières ont mis en lumière l’importance capitale des chefferies traditionnelles dans la lutte contre le changement climatique. Le Professeur Joseph Keutcheu l’a relevé, au cours de son intervention en notant que « les chefferies traditionnelles demeurent les acteurs de premier plan pour la lutte contre les feux de brousse, autant qu’ils œuvrent pour la protection de la flore en mutualisant leurs énergies dans la lutte contre le réchauffement climatique ».

L’assistance a suivi avec un intérêt soutenu la conférence de la Fondation Konrad Adenauer Stiftung à l’Université des Montagnes, au Campus de Banekane, sur le thème ‘’Emergence de l’Afrique et défi du changement climatique. Dans sa présentation, le Pr Oliver Ruppel, Directeur des programmes sur la politique climatique et la sécurité énergétique en Afrique sub-saharienne, s’est appesanti sur le bien-fondé de l’existence de la Fondation et a justifié son appui à la Fondation Esperanza-CADE. Qui, a-t-il souligné, se situe dans le droit fil des objectifs visés. D’où l’accompagnement constant de toute initiative liée à la préservation de la nature et la réduction des émissions de gaz à effet de serre, responsable des changements climatiques. D’autres communications, déclinées à base du thème central, ont édifié les participants sur l’importance de la préservation de notre environnement qui est un devoir aussi bien des gouvernants que de la société civile pour ne pas participer à la détérioration de notre espace vital. Les différents échanges qui en ont découlé ont montré à suffisance tout l’intérêt manifesté collectivement par l’assistance. La visite du Palais royal de Batoufam, qui a précédé la cérémonie de clôture des JADE, a permis à la délégation du CICIBA de s’imprégner de l’histoire de ce royaume telle que retracée par Sa Majesté Innocent Nayang Toukam.

previous arrow
next arrow
Slider

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>