RDC


 

 Chef d’Etat : Joseph KABILA KABANGE

Capital :  Kinshasa (12 071 000 d’habitants)

Autres Villes : Lubumbashi (3 960 945), Kisangani (2 614 630), Kananga (2 976 806), Mbuji-Mayi (2 702 430), Mbandaka (1 626 606), Kolwezi (1 677 288)

Langue officielle : français

Langues véhiculaires : swahili, lingala, kikongo, tshiluba.

Indépendance : 30 Juin 1960.

Cadre Géographique : La République démocratique du Congo dont la superficie atteint 2 345 409 km2, est le plus vaste et est traversé par l’Equateur dans ses régions septentrionales. Elle est constituée un bloc massif de 2.000 km de long et de large qui se superpose en gros au bassin du fleuve Congo ( en kikongo, nzadi signifie fleuve), long de 4 700 km, le plus long du monde après l’Amazone.

 

Cette cuvette centrale est bordée à l’est de massifs montagneux de 4 000 à 5 000 mètres, au sud par des plateaux , et au nord par des plaines. Le domaine de la forêt, que les migrations bantoues autrefois contournèrent, possède un climat équatorial ( fortes températures, pluies abondantes), auquel succède un Climat Intermédiaire sur les bords du bassin. Dans la région de Kananga, on arrive à un climat soudanien, avec des températures par les alizés sur les plateaux.

Facteurs  humains:  La   population Congolaise est a 80% bantoue, probablement  originaire  du  Nigeria.  Quelques 250 groupes ethniques se repartissent de facon inégale : les Bakongo sont au Kongo Central,  les  Mango  et  les  Azandii dans la cuvette Congolaise, les Baluba au nord-est du Kasai et au Nord-Katanga,les Balunda au Katanga.Certains  groupes  vivant  dans  les confins orientaux sont d’origine nilotiques Tandis que les pygmées (plus ou moins 300 000 individus) se sont retranchés  dans la forêt équatoriale. L’ensemble de la population atteint aujourd’hui(2016)  plus ou moins  70 Millions d’habitants.

Cette  diversité  ethnique  s’accompagne naturellement d’une multiplicité linguistique.  Par  ailleurs, près  de  la moitié des habitants est  animiste ; 250 000  musulmans vivent à l’Est du pays. Une religion d’inspiration chrétienne nommée le Kimbanguisme, fondée en 1921 par Simon Kimbangu, compte un nombre important d’adhérents tant sur le territoire que dans les pays limitrophes.

 

Divisions administratives depuis juin 2015

# Province Chef-lieu Superficie
(km²)
Population
(2006)
1 Bas-Uele Buta 148 331 1 093 845
2 Équateur Mbandaka 103 902 1 626 606
3 Haut-Katanga Lubumbashi 132 425 3 960 945
4 Haut-Lomami Kamina 108 204 2 540 127
5 Haut-Uele Isiro 89 683 1 920 867
6 Ituri Bunia 65 658 4 241 236
7 Kasaï Luebo 95 631 3 199 891
8 Kasaï-Central Kananga 60 958 2 976 806
9 Kasaï-Oriental Mbuji-Mayi 9 481 2 702 430
10 Kinshasa Kinshasa 9 965 12 071 000 (2016)
11 Kongo-Central Matadi 53 920 5 575 000
12 Kwango Kenge 89 974 1 994 036
13 Kwilu Kikwit 78 219 3 637 000
14 Lomami Kabinda 56 426 2 048 839
15 Lualaba Kolwezi 121 308 1 677 288
16 Mai-Ndombe Inongo 127 465 1 768 327
17 Maniema Kindu 132 520 2 333 000
18 Mongala Lisala 58 141 1 793 564
19 Nord-Kivu Goma 59 483 6 655 000
20 Nord-Ubangi Gbadolite 56 644 1 037 000
21 Sankuru Lusambo 104 331 1 007 000
22 Sud-Kivu Bukavu 65 070 5 772 000
23 Sud-Ubangi Gemena 51 648 2 744 345
24 Tanganyika Kalemie 134 940 2 482 009
25 Tshopo Kisangani 199 567 2 614 630
26 Tshuapa Boende 132 957 1 316 855

Musique

Le Congo a une culture musicale très riche, sa musique connue sous le nom de rumba ou encore ndombolo fait danser toute l’Afrique. La musique congolaise a du succès par delà les frontières depuis les années 1960 aux côtés de la musique de la Côte d’Ivoire, de Guinée ou du Nigeria[réf. nécessaire]. Actuellement appelée soukous, elle a donné naissance à d’autres styles de musique comme le quassa-quassa et d’autres. Le kotazo est un style de musique qui est apparu en 2002 un mélange de soukous et ndombolo.

Première génération

On situe cette génération entre les années 1930 et 1950, où la fusion de la musique tradition de la région de Léopoldville avec d’autres styles de musique, notamment afro-cubaine et haïtienne, mais aussi d’autres sont venus de l’Amérique latine, ce qui a donné naissance à des styles très variés. Mais le style cubain surpasse tout autre style et la musique congolaise obtient son premier nom : la rumba congolaise, et le chanteur le plus connu de cette époque est Wendo Kolosoy.

Deuxième génération : 1950-1970

L’année 1953 marque le début de cette génération ; c’est celle qui a donné naissance à la musique congolaise moderne. Les artistes les plus connus sont les pionniers de la musique moderne : Grand Kalle avec son African Jazz, Luambo Makiadi Franco avec son « OK Jazz » devenus « TP OK Jazz », Tabu Ley Rochereau qui a formé « African fiesta » avec Nico KAsanda. Avec l’« African fiesta », Jeanot Bombenga et le Vox Africa, Conga de Jhonny Bokelo, Co – Bantous de Champro King, la musique du Congo est connue sous le nom de soukous qui prend ses racines dans la rumba des années 1950, et dont le nom est une déformation du mot « secousse ».

Troisième génération : 1970-1990

Elle est marquée par la naissance de groupe Zaïko Langa Langa qui produit des musiciens dont Papa Wemba qui à son tour a créé Viva La Musica, Koffi Olomidé, King Kester Emeneya issu de Viva La Musica, Pepe Kalle avec L’Empire Bakuba, Kanda Bongo Man, Tshala Muana avec le Mutuashi, Defao, Big star, Ntesa Nzitani Dalienst, Sam Mangwana, Mayaula Mayoni, Négro Succès, Thu Zahina, Géo Malebo, Bella Bella, Festivals des Maquisards, Les Grands Maquisards, Kintueni National, Zembe Zembe, Tabou National, Afrizam, Makinaloka, Kossa Kossa, Isifi Lokole, Yoka Lokole, etc.

Quatrième génération : 1990-2010

Marqué par l’ascension du groupe musical Wenge Musica, c’est l’époque de la gloire de la musique congolaise. La musique du Congo prend le nom de « ndombolo ». les figures marquantes de cette époque sont les chanteurs Werrason, JB Mpiana, Marie Paul, Adolphe Dominguez, Aimé Buanga et Blaise Bula tous issus de Wenge Musica.

Cinquième génération : 2010

Il fut la naissance de deux grands figures marquantes de cette génération aujourd’hui actuelle, il s’agit de Fally Ipupa (ex-musicien du groupe Quartier Latin International de Koffi Olomide, où il a pu apprendre le style de son patron pendant 8 ans, de 1999 à 2006, en étant aussi au début 2002 jusqu’à son départ, chef d’orchestre).

Aussi de Ferre Gola (ex-musicien du groupe Wenge Musica de 1995 à 1997, puis de Wenge Musica Maison Mère de Werrason, de 1997 à 2004, passant aussi chez Koffi Olomide, qui a pu être aux côtés de son rival actuel, Fally, de mai 2005 au mois de juin 2006.

Peinture

Les artistes précurseur

  • Albert et Antoinette Lubaki
  • Djilatendo
  • Bela Sara
  • Mwenze Kibwanga
  • Pili Pili Mulongoy

Les artistes populaires

Sculpture

Photographie

Gastronomie


 

Malangwa braisé accompagné debanane plantain grillée et chikwangue.

Les ingrédients principaux de la cuisine congolaise sont : poisson, viande, patate douce, haricot, tomate, riz, foufou, maïs, sorgho, bananes plantain et manioc presque toujours accompagnés de sauces typiques de chaque région. À part les fruits épluchés, on ne mange pas cru, le climat étant propice aux parasites. Les feuilles de manioc (pondu) sont consommées seules, en accompagnement ou servent pour la cuisson.

Le plat le plus courant est la muambe, poulet aux feuilles de manioc pilées (parfois à l’arachide), et à l’huile de palme, accompagné de riz ou de bananes plantains (makemba).

Sports

Le football est très populaire en République démocratique du Congo. L’équipe nationale masculine, à remporté deux fois la Coupe d’Afrique des nations, en 1968 et 1974. en 1974, en plus de son sacre africain, elle se qualifie pour la coupe du monde de football 1974 et est devient ainsi la première nation d’Afrique noire à disputer la Coupe du monde. elle à également terminé à la troisième place de lacoupe d’Afrique des nations 1998 et de la Coupe d’Afrique des nations 2015. Deux clubs congolais de football ont gagné la Coupe d’Afrique des clubs champions, compétition qui se nomme Ligue des champions de la CAF depuis 1997 : le TP Mazembe en 1967, 1968, 2009, 2010 et 2015 et l’AS Vita Club de Kinshasa en 1973. Deux clubs de football ont gagné la Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe de football  : le TP Mazembe en 1980 et le DC Motema Pembe de Kinshasa en 1994.

La boxe et le basketball sont également pratiqués et suivis avec engouement.

Le très célèbre combat de boxe du 30 octobre 1974 opposant Mohamed Ali à George Foreman s’est déroulé en République démocratique du Congo au Stade Tata-Raphaël, situé à Kinshasa, la capitale congolaise.

Commentaires Facebook