ZAMBIE


 

Chef  d’Etat :  M.   Kenneth   David ‘<auricle
Capitale   : Lusaka
Autres  villes :  Ketwe, Ndola, Chingola
Langue offclelle:   anglais
Langues vehiculaires: benbe, chewa, lozi,  lunda,  lewale,  nyania.
Independance :   23 octobre      1964
Cadre geographique —  Située   au cœur du continent, a la charnière de l’Afrique australe et de l’Afrique Centrale,  la  République  de  Zambie  est limitée a I’ouest par I’Angola, au nerd par la RDC et la Tanzanie, a l’Est par le Malawi et le Mozambique, au sud par  la  Namibie  et  le  Zimbabwe.

Chef de l’Etat : Edgar Lungu depuis le 25 Janvier 2015

Capitale : Lusaka

Autres villes : Kabwe, Ndola, Chipata, Mansa, Kasama, Solwezi etc … 

Langue officielle : Anglais

Indépendance : 24 octobre 1964

Cadre géographique : Située au cœur du continent, à la charnière de l’Afrique australe et de l’Afrique centrale, la République de Zambie est un pays d’Afrique australe, sans accès à la mer, limitée à I’ouest par I’Angola, au nord par la République Démocratique du Congo et la Tanzanie, à l’est par le Malawi et le Mozambique, au sud par la Namibie et le Zimbabwe. Dépourvu d’accès à la mer, le pays issu de la Rhodésie du Nord britannique, elle fait partie intégrante du Commonwealth couvre 752 614 km2, dont 60% sont recouverts de forets et de savanes. Toutes les rivières sont des affluents du  Zambèze  qui le traversent de part en part. Sa population est estimée à quinze millions d’habitants en 2010. Bénéficiant d’une situation politique assez stable, la Zambie s’ouvre désormais au tourisme grâce à un cadre naturel exceptionnel (chutes Victoria) et une faune abondante qui ont permis la création de près de vingt parcs nationaux.
Les pirogues restent un des moyens de transports pratiques en milieu rural et saison des pluies. La « Grande Route de l’Est » (ici à Lusaka), qui relie la province orientale avec le reste du pays et aussi au Malawi et au nord du Mozambique. Initialement peuplé par les Bochimans, peuple de chasseurs-cueilleurs, le territoire zambien est investi par les Bantous au ive siècle de notre ère. Majoritairement recouvert par la savane, le pays abrite encore une riche biodiversité, avec une faune et une flore typiques de paysages et milieux variés, tout en étant le théâtre d’une urbanisation et périurbanisation croissante, ainsi que d’un développement d’une augmentation des surfaces cultivées. Les frontières coloniales ont pour résultat une grande diversité de groupes culturels, qui sont partiellement reconnus par l’État par le biais de l’officialisation de rois et de chefs locaux. L’anglais est la langue officielle, de par l’héritage colonial et dans l’optique de l’unité de la nation. Aujourd’hui les différents groupes ethniques – de langue bantu – occupent des territoires parfois assez éloignés les uns des autres, mais beaucoup se retrouvent dans les zones les plus peuplées du centre, à Lusaka ou dans le Copperbelt. Les Bembas (environ 36 %) vivent au nord-est, les Nyanjas (18 %) à l’est, les Tongas (15 %) au sud-ouest. Les Lozis (ou Rotse, qui ont donné leur nom auBarotseland) représentent environ 8 % et sont établis dans l’extrême ouest du pays.

Facteurs humains :  avec une population d’environ 13 millions d’habitants (recensement de 2010). La densité de population est faible : environ 17 habitants au km2 ,la présence grandissante d’une population d’origine chinoise (près de 100 000) et leur implication croissante dans les secteurs clefs de l’économie (mines, textiles, agriculture…) est rapidement devenue un enjeu politique. Le taux d’urbanisation est de 43 % de la population totale. Près des trois-quarts de la population sont chrétiens. Les protestants sont 35 % environ, les catholiques plus de 25 %. Près de 10 % sont adeptes d’Églises africaines indépendantes. Les autres Zambiens restent acquis aux religions traditionnelles africaines.

 

Commentaires Facebook