RELANCE DU CICIBA, ça y est!

La fête a été belle, grandiose et splendide

 

Placé sous le haut patronage de son Excellence ALI BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise, en l’occurrence représenté par le Premier Ministre Emmanuel ISSOZE NDONDET, la cérémonie de la relance du CICIBA a eu lieu ce mardi 10 Janvier 2017 à Libreville, aux coups de 11heures.Colorée et rythmée , la fête a tenue toutes ses promesses. 

Ce n’est ni la pluie annoncée dès l’aurore, ni la canicule surgie intempestivement en début de journée, qui pouvait empêcher la tenue de cette cérémonie historique. Il y avait du beau monde et toute la solennité des grands jours .

En présence de tout le gouvernement Gabonais, des membres du corps diplomatique, des représentants des Organisations Internationales installées au Gabon ainsi que celle de la Chefferie Traditionnelle,l’espace du Pont de Gué-Gué a vécu une ambiance particulière.

Tout a commencé par une touche traditionnelle bien bantu

TROIS TEMPS FORTS

Pour la circonstance, trois orateurs se sont succédé  à la tribune. D’abord, l’hôte du jour, le Pr MANDA TCHEBWA,Directeur Général du CICIBA , qui a commencé par rendre un Hommage appuyé à l’initiateur de CICIBA :

« Il y a deux jours, le 8 janvier 2017, le monde bantu s’est souvenu d’un fait historique : la création du Centre International des Civilisations Bantu, CICIBA en sigle. Création qui fut, en son temps, un rite de fondation majeure initié par notre vénéré Père-fondateur El Hadj Omar Bongo Ondimba, un visionnaire lucide et conscient des enjeux culturels de son époque. Il est toujours exaltant pour sa descendance que nous sommes, chaque fois nous évoquons ce prestigieux nom, de célébrer cet homme exceptionnel qui appartient désormais à l’histoire du monde. Un homme dont les hauts faits font partie de la geste communautaire de notre espace culturel. Car c’est bien lui, sous la cape de visionnaire inspiré, qui fut à l’origine de ce rite.Il s’agit là d’un « rite de fondation » à partir duquel le Muntu prit rendez-vous avec lui-même et avec l’histoire pour mieux s’auto-définir afin de se projeter vers son futur, nanti de ses multiples et légitimes identités, instruit en cela par ses propres histoires des migrations et de son expansion. Ce qui, au bout de cette longue chaîne gestationnelle, lui permet aujourd’hui, dans l’étendue de toute sa diaspora, d’affirmer avec fierté et dignité son identité bantu. »

De manière particulière, il a rendu un vibrant hommage à Son Excellence Ali Bongo Ondimba, non seulement pour son engagement inébranlable comme continuateur de cette œuvre de génie, mais surtout pour son soutien et sa haute détermination dans la relance des activités de notre Centre. C’est avec une joie immense , a-t-il souligné , « le CICIBA reçoit ce magnifique don du gouvernement Gabonais sous l’impulsion de Son Excellence Ali Bongo Ondimba, à qui il dit mille fois merci ».

Prenant à son tour la parole, le Professeur Charles BINAM BIKOI, Secrétaire exécutif du CERDOTOLA, venu du Cameroun, il s’est exprimé au nom de trois hautes instances africaines : le Sommet des Institutions culturelles d’Afrique et de la Diaspora africaine -SICADIA, le bureau du Quatrième Congrès Culturel Panafricain de l’Union africaine, enfin le Centre International de Recherche et de Documentation sur les Traditions et LAngues Africaines – CERDOTOLA.

Face à l’exploit du jour, le Professeur Charles BINAM ne s’est pas empêché d’exprimer son plus grand soulagement au regard de l’évènement du jour : « Qui l’ eût cru ? Revoici le Centre International des Civilisations Bantu ! Debout tel le phénix de la mythologie.Alors même que nombreux sont ceux qui, gagnés par le doute, avaient entrepris de dresser son oraison funèbre, d’accommoder la dépouille, de fourbir les arguments pour le jugement d’hérédité, prêts à entonner le Requiem funeste de l’ultime office,voici que le monde est réuni pour célébrer une remise en route , un nouveau départ, le renouveau du CICIBA. Une aube nouvelle se lève sur l’Institution, porteuse d’une nouvelle Espérance, pour la République Gabonaise, mais davantage pour l’ensemble des Peuples Bantu, pour l’Afrique et pour l’Humanité… C’est dans cette philosophie que s’inscrit ma présence ici pour encourager mon frère le Professeur Antoine MANDA TCHEBWA,homme de foi et de fidélité, intellectuel intrépide et serein, constant serviteur de la Cause commune de la Culture africaine. Je suis venu lui confirmer de vive voix l’engagement du CERDOTOLA et du SICADIA en faveur du renforcement de la solidarité agissante entre les institutions scientifiques et culturelles d’Afrique et de la Diaspora africaine, au sein desquelles le CICIBA devra reprendre toute sa place. »

Enfin pour clôturer cette prise de parole, le Ministre d’État,Ministre de l’Économie Numérique, de la Communication, de la Culture et des Arts, Porte-parole du Gouvernement et Président du Conseil d’Administration du CICIBA, a salué avec ferveur la relance du Centre et la célébration de ses 34 ans d’existence. il a ensuite souligné à l’intention de l’assistance combien SE Ali Bongo Ondimba, attache la plus grande importance au CICIBA comme un lieu de la solidarité et de fraternité de tous les bantus du monde.

C’est à bon droit,a-t-il ajouté, « que nous devons rêver d’une Afrique bantu qui crée et stimule la créativité et le génie de ses peuples divers. Nous devons rêver d’une communauté de destin qui n’a aucun complexe pour affirmer sa noble altérité face aux autres. Nous devons légitimement rêver d’une Afrique bantu qui protège sa diversité culturelle autant que sa biodiversité, elle qui est si riche de ses biotopes si verdoyants. Il est de bon ton de rêver, enfin, d’une Afrique bantu capable de célébrer ses cultures et ses arts avec la passion de l’âme. Tant il est évident que la culture et l’art en tant qu’attributs identitaires d’une civilisation sont le lieu tenant de partage d’affinités ontologiques. »

Ensuite il a mis un accent particulier sur l’exemplaire synergie qui caractérise les rapports entre le Président Ali Bongo et ses pairs de la communauté bantu autour du CICIBA : « C’est le lieu pour moi de redire toute la reconnaissance du CICIBA à l’endroit de tous les pays membres, lesquels à l’appel de Son Excellence Ali Bongo Ondimba, président de la République Gabonaise, pays du siège du CICIBA, en concertation avec ses homologues Joseph Kabila Kabange de la RDC, Teodoro Ombiang Nguema Mbasogo de la Guinée Equatoriale, Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville, Paul Biya du Cameroun, n’ont pas hésité à renouveler leur foi au magnifique projet CICIBA en transcendant les dysfonctionnements du passé, le regard tourné vers le futur, vers un renouveau plus glorieux. »

Il s’est réjouit par ailleurs de la place que va occuper désormais les études afro-descendantes dans l’agenda scientifique et culturel du CICIBA comme une main tendue vers les frères et sœurs de la diaspora : « Dans cette perspective, en collaboration avec l’UOB, le CICIBA va recevoir bientôt, en conférence à Libreville, des chercheurs de haut niveau du milieu afro-descendant. Et en contrepartie, le CICIBA sillonnera à son tour le monde afro-descendant des Amériques pour lui parler de vive voix. Lui parler de ses terres d’origine, l’Afrique matricielle, ainsi que des exploits héroïques de ses ancêtres bantu. Lui parler de ce que nous fûmes ensemble avant l’intrusion des navires négriers sur les littorales africaines. Lui parler de notre nouveau futur et ses promesses de (ré)humanisation dans tout l’éclat de la noblesse de l’homme. »

Autre moment fort, la signature d’un protocole d’accord de coopération scientifique entre le CICIBA et l’Université Omar Bongo de Libreville par ses plus hauts responsables, le Professeur MANDA TCHEBWA ( CICIBA) et le Professeur Marc-Louis ROPIVIA, Recteur de l’UOB.

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>